NEWSLETTER MISSION VERTE #10 de Mars/Juin 2015

Souvent, tout commence au supermarché

Il y a diverses causes à la production des déchets qui finiront à Mare Chicose (de 1.000 à 1.200 tonnes par jour). Celle qui nous touche le plus au quotidien, c’est le contenu de nos poubelles à domicile, la plupart du temps en provenance d’une grande surface. Autrefois, nous allions nous approvisionner à la petite boutique du quartier. Les habitudes ont changé avec l’arrivée, à partir des années 90, des super et hypermarchés, puis des centres commerciaux sur notre petite île. Aujourd’hui nous consommons plus, avons plus de moyens et plus de choix. Les produits aussi ont évolué et leur emballage contient plus de plastique et de papier. Si au moment où nous nous apprêtons à faire nos courses en poussant devant nous notre caddie, nous essayons de minimiser notre impact sur l’environnement, alors de nouvelles habitudes finiront par s’imposer : si nous ne pouvons pas toujours éviter l’achat de produits dont l’emballage va produire des déchets, il nous reste la possibilité d’acheter des produits avec le moins d’emballage possible, ou bien d’aider à la valorisation des emballages recyclables, en les déposant dans nos dépôts de tri.

Dans le même ordre d’idées, il appartient à de nouveaux entrepreneurs, conscients de la fragilité de notre environnement, de montrer la voie vers de nouvelles manières de se procurer de la nourriture et des biens de consommation courante. Il y a de nombreuses pistes à explorer en termes de production locale et d’emballage écologique.

Plusieurs nouveaux dépôts de Mission Verte

Nous sommes maintenant présents sur trois nouveaux sites : Depuis mars à Ebène, sur le parking de la Cyber Tower II, grâce au soutien d’Outremer Telecom. Depuis mai, nous avons aussi deux bins du petit modèle sponsorisés par l’Institut Français de Maurice, situé au 30 avenue Julius Nyerere, Rose Hill. Et depuis mai également, trois autres au Centre Commercial Phoenix, avec pour sponsor le Lions Club de Port Louis.

Nos sessions d’éducation

Depuis le début de cette année 2015, nous avons continué nos sessions d’éducation à l’environnement dans les écoles et les entreprises. Les entreprises concernées sont Blissful Concept, DCDM, Quantilab. Les écoles : St Pierre RCA, Ecole du Centre, Ecole du Nord. À cela s’ajoutent le Mauritius Institute of Directors et SOS Villages.

Nous prenons la plupart du temps comme support notre DVD qui contient plusieurs programmes de durées différentes, selon l’auditoire. Nous tenons à saluer ici nos fidèles intervenants : Mesdames Leong Son, Menagé, Salehmohamed et Ganoo, et Messieurs Carta et d’Arifat.

Des initiatives pour une île plus respectueuse de l’environnement

Le 19 mars s’est tenu, à l’initiative de la Platform Moris Lanvironman, Belle Verte Ltée et Mission Verte, un atelier de travail sur la gestion des déchets à Maurice. Étaient à l’ordre du jour les moyens de faire avancer la cause de la réduction et réutilisation des déchets, et leur recyclage local, par une meilleure synergie entre les différents intervenants du secteur : ONG, Etat, récupérateurs, recycleurs. Ont participé à cet atelier : Bel Air S.E., BEM Enterprises, Blue Compass, Ecofuel, GML Fondation Joseph Lagesse, Kolektif Citoyen Moris Environnement, Mauritius Glass Gallery, la Solid Waste Division du Ministère de l’Environnement, Mauritius Eco Guards, Nergysave Products Ltd, Nomad Co Op, Philippe Polybags, Plankton Recycling Cooperative, Earth Markets Mauritius, Slow Food Tipa Tipa, Sotravic. Le 18 avril nous avons été partenaires de l’évènement sportif Get Muddy à Bois Chéri, qui a mis l’accent sur la récupération et le recyclage des déchets. Nous avons participé à une émission de radio dans le cadre du Earth Day (22 avril), en partenariat avec l’ambassade des Etats-Unis. Nous avons été présents à l’Expo Ecolo organisée par le Centre Commercial Phoenix, à l’occasion de la journée mondiale de l’environnement (5 juin). Enfin, les 23 et 24 juin s’est tenu le Youth Sustainability Forum à l’Université de Maurice, qui fut l’occasion pour nous de présenter notre travail aux étudiants et au public présent.